Le chef

le-chef

Un parcours enrichissant

Ce solide Creusois né le 10 septembre 1962 à Bourgagneuf – un charmant village aux vestiges historiques des XIIe et XVe siècles – alors que rien ne le prédispose à devenir cuisinier, il choisit quand même, en 1978, après son BEPC, ce beau et difficile métier en débutant son apprentissage chez Martial Perdereau, un excellent chef, à l’époque propriétaire de « La Gerbe de Blé » à Chevilly dans le Loiret, ou il obtient son CAP.
Pour lui, le train pour Paris s’arrête pour trois ans au restaurant « L’Etoile », une excellente brasserie de la Gare du Nord, ou il sera un excellent commis.
Ensuite, de rapides mais fructueux passages au « Pressoir d’Henri Seguin », puis à la brasserie « Le Milan », lui permettant, en 1984, d’être second de cuisine au « Regency Pub » de la Varennes-Saint-Hilaire, puis aux « Magnolias » de Gérard Royant au Perreux. En 1987, il prend successivement la direction des cuisines du « Bistrot de Pontchartrain » de « Le Vieille Gabelle » à Evreux et du « Manoir d’Anet ».

Une rencontre décisive

En 1995, Martial Enguehard – membre des Cuisiniers de France, MOF 1991. Il quitte « Le relais de Sèvres » pour ouvrir, face à la faculté de Jussieu, la « Timbale Saint-Bernard ». Son chef sera Bernard Lefebvre. Lorsque lucide, le dynamique Martial ferme son restaurant pour rejoindre l’équipe des cuisiniers MOF qui exercent chez Lenôtre, à Plaisir, Bernard fait partie du déplacement. Pendant quatre ans, il sera chef de cuisine détaché à la salle à manger du Club de direction du Stade de France à Saint-Denis.

Bernard enchaîne ensuite, Paris, plusieurs postes de chef : au « Petit Colombier » du Président Fournier, au « Pied de Cochon » des frères Blanc, puis à la « Terrasse du 7ème », ce qui le décide à s’installer.

Chose faite à « L’Orée du Bois » dans l’immense forêt domaniale de Fontainebleau.

Puis propriétaire du restaurant « Les Fleurs » à Vernon, où il obtiendra un Bib Gourmand.

Depuis octobre 2017 au restaurant « Les Voiles » le chef Bernard Lefebvre vous propose une cuisine à base de produits frais, et le plus possible locaux, à prix raisonnable et aussi copieuse que sincère.